Ad Vitam : Quand on ne meurt plus sur Netflix

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans Ad Vitam, c’est en 6 épisodes de 52 minutes que Thomas Cailley aborde un des sujets les plus prégnant de l’humanité. Il choisit la forme du polar pour une série d’anticipation qui a l’avantage de nous faire réfléchir en plus de nous raconter une histoire.

Ad Vitam, le pitch de la série

Dans un futur proche, l’humanité a trouvé le moyen de vaincre la mort. Les adultes « régénèrent » leurs cellules et cessent de vieillir. C’est donc un flic de 119 ans, accompagné d’une jeunette, qui mène l’enquête sur ce qui paraît être un suicide collectif. Car dans cette société où la mort n’existe plus, le suicide est devenu illégal. Pourtant, de nombreux groupes plus ou moins sectaires se réapproprient le droit de mourir.

C’est une foule de questions passionnantes que soulève « Ad Vitam ». La disparition de la mort a entraîné un bouleversement profond de la société. On n’y devient adulte qu’à 30 ans, les plus vieux ne cèdent plus la place, bref les « jeunes » peinent à trouver leur rôle dans un monde où l’on n’a plus besoin d’eux. Ils errent de fêtes en fêtes mais certains, pour trouver du sens à leur vie, se rapprochent de mouvements radicaux.
Thomas Cailley, l’auteur de « Les Combattants » en 2015, s’attaque encore à une histoire de survie. Il s’appuie sur une très riche distribution, Yvan Attal étant ici égal à lui même, c’est à dire excellent, et Garance Marillier tout en intensité. Tous les « seconds » rôles sont à l’aune des deux personnages principaux.

Finalement, l’image sert l’histoire. La photographie est torturée, sombre, bleutée. L’interrogation des deux héros sur leur avenir et leur passé conduisant à des séquences oniriques, poétiques, quasi métaphoriques. La mort n’existe plus mais pourtant elle domine par son omniprésence, à travers une réflexion profonde sur la jeunesse, l’humanité…
De plus, « Ad Vitam » est aussi une excellente série policière avec ce qu’il faut de suspense, de rebondissements, de violence.
De l’excellent travail à voir sur Netflix à partir du 21 juin.

De Thomas Cailley et Sébastien Mounier (2018)
Avec Yvan Attal, Garance Marillier, Anne Azoulay, Niels Schneider, Victor Assié, Rod Paradot

Partager.

Rédiger une réponse