Budapest : sur Canal+ à partir du 5 Juin

Pinterest Google+ LinkedIn Tumblr +

Vincent et Arnaud sont deux amis d’enfance aux parcours parallèles. Même grande École de commerce, même costume gris. Même vie qui part un peu en vrille tant ils s’ennuient dans leur job… Après une rencontre fortuite avec une strip-teaseuse à l’enterrement de vie de garçon raté d’un de leur pote, ils décident de créer une entreprise qui organise ce genre d’événements. Pour que la fête soit totale et colle aux fantasmes de leurs clients, Vincent et Arnaud les entraînent à Budapest. L’entreprise fonctionne assez vite. Entraînant les deux amis dans des allers retours entre Paris et Budapest qui finissent par affecter leur vie privée et leur amitié.

Ce qui se passe à Budapest reste à… Budapest !

« Budapest » vise manifestement du côté des comédies américaines un poil lourdingues, type « Very bad trip » pour l’histoire, ou « American pie » pour le niveau d’humour (dans le caleçon, donc, le niveau d’humour). Les seins et les fesses se trémoussent en mini short, ça bastonne à qui mieux mieux, ça tire au revolver, à la kalash, au tank… Ça boit, ça danse, ça se fait couler du champagne partout… Bref vous avez compris le propos.

Pays de l’Est (la Hongrie) manifestement uniquement peuplé de prostituées et de tarés au crâne rasé. Fric à gogo et touristes français dégueux juste là pour assouvir leurs pires pulsions grâce à leur pognon. « Budapest » ne nous épargne aucuns des clichés habituels.

Finalement, c’est dommage parce que l’équipe est sympathique. Que Jonathan Cohen comme Manu Payet sont tout à fait capables d’autre chose, on le sait on les a déjà vu ! Quant à Xavier Gens, qui sort ici de son cadre habituel, il nous a habitué à mieux.

Ceci dit, si le film a été un flop en salle, il reste une comédie (basée sur une histoire vraie) bien interprétée et divertissante. A voir sur Canal à partir du 5 juin.

De Xavier Gens (2018)
Manu Payet, Jonathan Cohen, Monsieur Poulpe, Alice Belaïdi, Aude Legastelois, Alix Poisson, Tamar Baruch, Thomas Ancora, Arthur Benzaquen, Artus

Partager.

Rédiger une réponse