Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile avec Zac Efron sur Netflix

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ted Bundy était un homme charmant, beau, intelligent. Charismatique même, si l’on en croit son mode opératoire. Ce dernier consistait à rentrer en contact avec des jeunes femmes dans des lieux publics et à leur faire croire qu’il était blessé et avait besoin d’aide. Comment se méfier ? Un si beau garçon, si propre sur lui !

Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile, l’histoire

Il n’a pas 30 ans quand il commence sa carrière criminelle. Enlèvements, mutilations, sa cruauté semble sans limite. Il ira jusqu’à décapiter et conserver les têtes de certaines de ses victimes. Il ira même jusqu’à retourner sur les lieux de ses crimes pour laver les cheveux des jeunes femmes, les maquiller, et plus encore… Ted Bundy fut sans doute l’un des plus terribles tueurs en série américains. Il est mort sur la chaise électrique à 42 ans après deux évasions spectaculaires. Sociopathe sadique, il parlait de lui même comme du « plus grand fils de pute sans cœur que t’auras jamais rencontré ». Il aura fait une quarantaine de victimes.

Le réalisateur Joe Berlinger, après un premier documentaire sur le même sujet, propose une fiction diffusée dès le 3 mai sur Netflix. Son titre vient tout droit de la bouche du juge qui officia à un des procès de Ted Bundy : « Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile », qu’on pourrait traduire par « extrêmement vicieux, terriblement diabolique et vil ».

Adoptant le point de vue de la petite amie de Ted, Elisabeth Kloepfer. Le film nous montre à quel point l’ascendant du tueur sur les femmes en général et celle-ci en particulier était importante. En effet, pendant des années, malgré ses doutes, Elisabeth voudra croire en l’innocence de Bundy.

Au début, le réalisateur choisit de montrer la jeune femme. La rencontre, sa vie avec son amoureux… Puis, au fur et à mesure du procès et de la vérité qui pointe son nez, elle disparaît presque pour laisser toute la place à l’écran au tueur et à son procès. Illustration parfaite de l’emprise du tueur sur Elisabeth…

Finalement, Zac Efron est loin des rôles sucrés auxquels il nous avait habitué. Et livre un portrait effrayant de justesse du tueur en série. De son charme indéniable jusqu’à la froideur de ses yeux bleus, de son sourire carnassier jusqu’aux scènes de tendresse avec sa petite amie. L’interprétation ici magistrale de Zac Efron devrait faire date dans sa carrière.

De Joe Berlinger (2019)
Avec Zac Efron, Lily Collins, John Malkovich

Partager.

Un commentaire

  1. Pingback: Netflix : Les prochaines dates de sortie du mois de Mai 2019

Rédiger une réponse