Kingdom

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Depuis le 25 janvier les petits chanceux abonnés à Netflix peuvent voir, et on le leur conseille vivement, « Kingdom » annoncé par beaucoup comme le « Game Of Thrones » à la coréenne !

Premièrement, « Kingdom » est tellement plébiscité de tous les côtés, que ça a drôlement aiguisé notre curiosité.

On est allé voir et on vous dit ce qu’on en a pensé…

Kingdom, le synopsis de la série

Au moyen-âge, en Corée, le vieux roi se meurt. A moins qu’il ne soit déjà mort, personne ne sait trop. Même pas son fils, le Prince Héritier, qui se heurte à la nouvelle épouse de son père. Enceinte d’un autre héritier éventuel… Entre trahisons et corruption, peuple affamé et caste aristocratique décadente, le décor est planté. Mais notre prince et ses congénères se retrouvent en plus face à une épidémie grandissante, galopante même, de morts revenus d’entre les morts. La nuit, les zombies se réveillent et se mettent à croquer dans tous les cous qui se présentent. Quelques héros, le Prince et son garde du corps, une femme médecin… Tenteront de mettre fin au massacre…

CE QU’ON A AIME

Clairement le paquet (de dollars) a été mis pour assurer une production de qualité. Les reconstitutions sont magnifiques. Costumes, chapeaux, architecture, tous sont d’un beauté à couper le souffle.

Pareil pour les paysages sauvages traversés par les héros qui ne donnent qu’une envie, visiter la Corée !

L’histoire démarre lentement, nous laissant le temps d’envisager tous les méandres de la vie à la cour et la réalité quotidienne des plus pauvres…

CE QU’ON A (MOINS) AIMÉ

Ben déjà, on n’est pas fan à la base des histoires de zombies. Et, oserons-nous l’avouer, on se serait bien contentés d’un récit autour des intrigues du Palais. Mais il nous faut concéder que les auteurs ont su parfaitement imbriquer les histoires et que ces zombies là sont effrayants juste comme il faut. Avec une indéniable dimension artistique et esthétique qui fait qu’on regarde sans (trop) détourner le regard. (mention spéciale à la ruée des morts vivants sur une femme dans le premier épisode, l’image est tellement parfaitement esthétique qu’on se surprend à admirer les lignes plutôt qu’a penser au sang versé).

Puis, le surjeu quasi caricatural de certains acteurs nous a gêné davantage au visionnage du premier épisode. Hormis le fait qu’il s’agit certainement d’une différence culturelle, dès le second épisode, nous avons fait le choix de regarder « Kingdom » en VO. Bizarrement les outrances des acteurs sont bien moins difficiles à comprendre dans leur langue natale et amènent même régulièrement une petite détente bienvenue.

LA DISTRIBUTION

Une grande partie de la qualité de « Kingdom » repose sur ses acteurs.

Ju Ji-hoon, Bae Doona (que les amateurs de Sense8 auront vite reconnue à son joli sourire) Sang-ho Kim, Ryu Seung-Ryong et les autres nous concoctent une partition sans fausses notes.

Pour conclure, « Kingdom » vaut largement d’être vue ! Son format court (6 épisodes) nous promet une intrigue efficace qui évite le piège de la dilution dans trop de longueurs.

Finalement, Netflix a d’ores et déjà annoncé la saison 2. Preuve qu’on n’est pas les seuls à avoir regardé !

Partager.

Rédiger une réponse