« Mission Impossible, Protocole Fantôme »

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Jeudi 10 janvier, France 3 nous donne l’occasion de (re) voir « Mission Impossible, Protocole Fantôme ».

Encoooooore, allez vous dire ? Oui, encore car s’il y en a un à voir et revoir c’est précisément celui-ci !

Premièrement, après des épisodes que beaucoup ont trouvé un poil poussifs, Brad Bird, transfuge de Pixar (il a quand même réalisé « Les indestructibles » et « Ratatouille ») nous livre un nouvel opus frais, drôle et explosif ! Du grand art.

Coté synopsis

L’argument de « Mission Impossible, Protocole Fantôme » : L’agent Hanaway est assassiné par une tueuse à gages, Sabine Moreau, qui lui vole des codes nucléaires. L’équipe d’Ethan remonte alors jusqu’à son employeur, Cobalt. Hunt décide d’infiltrer le Kremlin pour récupérer le dossier de Cobalt. Juste après la mission, le Kremlin est détruit par une énorme explosion. Puis l’équipe de Mission Impossible est accusée, désavouée et dissoute. Mais Ethan décide de mener la mission à bien : arrêter Cobalt, retrouver les codes nucléaires et réhabiliter son équipe.

Les épisodes précédents de « Mission Impossible » avaient été de plus en plus décevants. Et Tom Cruise commençait à perdre de son aura de « super acteur bankable ». Au point où, jusqu’au bout, on pensa qu’il serait remplacé pour le rôle d’Ethan Hunt… Le parti fut alors pris de donner plus de place au reste de l’équipe et de renouveler les muscles grâce à la présence de Jeremy Renner, étoile montante du cinéma d’action hollywoodien (« Jason Bourne, l’héritage » ou la série des Avengers).

Finalement, grâce à cela, « Mission Impossible, Protocole Fantôme » renoue avec l’esprit de la série télé, nous donnant à voir un réel travail d’équipe, des compétences partagées et un humour enfin de nouveau au rendez-vous ! A noter la présence de la française Léa Seydoux en tueuse à gages.

Distribution :

Tom Cruise : Ethan Hunt
Jeremy Renner : William Brandt
Simon Pegg : Benji Dunn
Paula Patton : Jane Carter
Michael Nyqvist : Kurt Hendricks / Cobalt
Vladimir Mashkov : Anatoly Sidorov

Partager.

Rédiger une réponse