Nightflyer : Série tirée de Georges R.R. Martin sur Netflix

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Netflix propose à partir du 1er février sa nouvelle série de science-fiction : « Nightflyer ». Tirée du court roman de Georges R.R. Martin, le prolifique auteur de « Game of thrones ».

Rien à voir avec l’ambiance gothico-médiévale de sa série à succès puisque « Nightflyer » est le nom du vaisseau spatial dans lequel se déroule l’action.

Nightflyer, l’histoire

Dans le futur, les terriens cherchent à sauver la Terre en entrant en contact avec un peuple extraterrestre, le Volcryn. Pour ce faire, une équipe embarque à bord d’un vaisseau spatial qui doit intercepter la course du vaisseau Volcryn. Il y a là des scientifiques, une jeune femme qui peut entrer à l’intérieur des systèmes informatiques, une psychiatre chargée de maîtriser Thale, un jeune télépathe. Mais ce dernier, aux pouvoirs très puissants, fait peur à l’équipage. Dès le début de la mission, les évènements brutaux succèdent aux incidents étranges… Et Thale ne semble pas être le seul responsable éventuel…

SCIENCE-FICTION D’HORREUR

Sachez le tout de suite, on est plus prêt ici d’ »Alien » que de « Star Trek ». D’ailleurs la série est interdite aux moins de 16 ans. Georges R.R. Martin a dit lui même qu’il « s’agissait d’une histoire de maison hantée dans un vaisseau spatial » ! Autant dire que les amateurs du genre vont se régaler et que les autres vont trembler ! Manipulation mentale, entités assoiffées de vengeance, araignée tueuse et ordinateur qui prend le contrôle, on ne sait pas qui est le vrai méchant de l’histoire mais ça saigne et ça gicle abondamment dès les premières minutes. Vous êtes prévenus ! D’autant qu’on sait depuis « Game of thrones » que Georges R.R. Martin n’hésite pas à sacrifier ses personnages… Ne vous attachez à personne…

Rien d’extraordinairement nouveau là dedans, mais de la belle ouvrage, flippante à souhait !

De Jeff Buhler

Avec Eoin Macken, David Ajala, Jodie Turner-Smith, Angus Sampson, Sam Strike, Maya Eshet, Brían F. O’Byrne, Gretchen Mol

Partager.

Rédiger une réponse