« On va s’aimer un peu, beaucoup… », Mercredi soir sur France 2

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

S’il y a une série pour laquelle nous avions un a priori, (allez savoir pourquoi !) c’était sur « On va s’aimer un peu, beaucoup… ». Au point d’avoir zappé systématiquement pendant la saison 1 sans laisser une seule chance à un seul épisode. D’ailleurs, on n’était pas les seuls, vues les audiences !

Cette année, on tombe par hasard sur l’épisode 1 de la saison 2 et là, coup de de foudre ! Au point d’aller illico chercher la saison 1 en DVD (mais elle n’existe pas) et donc de tenter de l’avaler vite fait grâce au replay (qui lui existe, ô joie!).

On va s’aimer, un peu, beaucoup, le synopsis de la série

L’histoire, vous la connaissez peut-être, suit la vie et les aventures de 3 femmes avocates spécialisées en droit de la famille. Il y a là Astrid, Sophia, et Audrey. Il s’avère qu’Audrey est la fille d’Astrid, ce qui rajoute encore des péripéties à l’intrigue. Les histoires (d’amour mais pas seulement) des trois jolies associées se croisent et se mélangent à celles de leurs clients. Les héroïnes, comme les rôles secondaires, familles, secrétaires, amis, amants… Tous, portent avec conviction des intrigues bien ficelées et souvent surprenantes.

La série aborde tout ce qui est en lien avec l’histoire familiale, les divorces, la garde des enfants comme des animaux familiers, le droit des grands parents à voir leur petits enfants… Traitées sur le ton de la comédie, et drôles bien souvent, les situations nous parlent du monde dans lequel nous vivons. Bienveillants et même parfois presque tendres, les auteurs ne se départissent pas d’un traitement intelligent, ce qui nous donne au final une série distrayante et subtile. Vivement une saison 3 !

Créateurs : Emmanuelle Rey-Magnan, Pascal Fontanille
Réalisation : Julien Zidi, Stéphane Malhuret
Avec :
Catherine Marchal : Me Astrid Lartigues
Ophélia Kolb : Me Audrey Lartigues
Charlotte des Georges : Me Sofia Lorenzi
Clémentine Justine : Roxane
Lionel Erdogan : Paul
Samir Boitard : Éric Leroy

Partager.

Pas de commentaire

Rédiger une réponse