Perfect Mothers, sur France Ô

Pinterest Google+ LinkedIn Tumblr +

L’exploration des âmes et de leurs tréfonds, sans les juger, est un exercice difficile pour lequel Anne Fontaine a un talent particulier. De « Perfect Mothers », qu’on pourrait transformer si facilement en fable amorale, elle tire un film lumineux et sombre à la fois, où la beauté des corps et des paysages subliment une histoire dramatique.

Perfect Mothers, l’histoire

Lil et Rose sont deux amies depuis aussi longtemps qu’il est possible. Elles vivent dans un paradis terrestre (sur les fabuleuses plages de Nouvelles Galles du Sud). L’une est veuve, l’autre bientôt divorcée. En tout cas les hommes sont absents, quasiment, de leur vie. Sauf les deux qu’elles ont enfanté elles mêmes, Ian et Tom, qui partagent avec les deux femmes la plastique parfaite, la plage paradisiaque et une intimité énorme depuis leur plus tendre enfance. Un jour, Ian et Roz entament une relation amoureuse bientôt découverte par le fils de Roz. Celui-ci, en partie pour se venger, entreprend à son tour de séduire Lil, la mère de son ami. Cet amour à quatre, aux relations entrecroisées, n’est pas sans danger pour l’équilibre et l’avenir de chacun.

Un talent particulier

On l’a dit, depuis « Nettoyage à sec », Anne Fontaine montre des êtres enchevêtrés dans des thèmes pas si souvent abordés. Son talent ici est de proposer des relations dérangeantes dans un décor tellement beau que nos sens s’y perdent. Et cela au point de ne plus savoir ce qui est juste ou pas. Ses deux femmes, tellement exclusivement amies ne s’approprient-elles pas le fils de l’autre, simplement comme une extension à leur propre relation ? Parfois, sous le coup d’une lucidité plus morale, l’une ou l’autre cherche à rompre, entraînant « forcément » la rupture de l’autre couple, comme si ces quatre là ne pouvaient exister qu’en quatuor…

Les garçon se marieront, enfanteront, s’essaieront à la « normalité »… Les « Perfect Mothers », les laisseront-elles faire ? Finalement, c’est une plongée dans un mécanisme pervers et cruel sous couvert de beauté, de paradis et de perfection du lien familial que nous propose Anne Fontaine. Un film dont on ne ressort pas indifférent.

De Anne Fontaine (2013)
Avec Naomi Watts, Robin Wright, Xavier Samuel, James Frecheville, Ben Mendelsohn, Jessica Tovey, Sophie Lowe, Gary Sweet

Partager.

Rédiger une réponse