Programme TV – Toutes les chaînes télé, TNT, Canalsat et Satellite

Titre : Frères des arbres

Signalétique jeunesse : Tout public

Qualité :

Format :

Audio : bilingual

Synopsis, description :

Originaire des Hautes-Terres en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Mundiya Kepanga, chef de la tribu des Hulis, vit dans l'une des dernières forêts primaires de la planète. Elle abrite des espèces de plantes, d'arbres, d'insectes et d'oiseaux qui n'existent nulle part ailleurs. Sous l'effet de la déforestation, cet écosystème unique au monde est aujourd'hui menacé de disparition. Afin d'alerter l'opinion sur cette situation préoccupante, Mundiya partage son histoire et celle de sa forêt. Loin des statistiques et des rapports alarmistes, il parle de la nature aussi bien lors de grandes réunions internationales qu'à l'occasion de rencontres avec des locaux. - Critique :

Quel est donc le statut de Mundiya Kepanga dans ce documentaire consacré à la déforestation en Papouasie-Nouvelle-Guinée ? Cet ami de vingt ans du photographe Marc Dozier milite pour le sauvetage d'une forêt primaire dont le pillage à des fins mercantiles détruit avec elle toutes sortes d'espèces, tant animales que végétales. Devant l'objectif du Français, le chef de tribu huli a jadis visité la France dans une Exploration inversée des plus anecdotiques et même rencontré les belles emplumées du Lido dans l'insignifiant Danse avec les Papous. D'une tout autre ambition est Frères des arbres, qui suit les deux amis à la rencontre d'exploitants forestiers et de planteurs de palmiers à huile, comme au musée de l'Homme, à Paris, où le « frère des arbres » a déposé sa coiffe traditionnelle, comme un message adressé aux « cousins » que nous sommes.

A mi-chemin de la promenade et de l'investigation, le film se laisse voir sans déplaisir ; mais quel statut y occupe le chef huli, qui fait souvent figure de figurant, de pure incarnation de la problématique posée ? Quant à son expression, elle apparaît parfois contrainte, comme lorsqu'on lui fait dire un texte dans lequel il s'étonne que les arbres produisent de l'oxygène. « Je ne sais pas si c'est vrai », ajoute celui-ci qui, peu après, discourt sur la possible irréversibilité du changement climatique. A balancer entre l'image du bon sauvage et celle du militant, ce film, lui-même partagé entre l'attrait du conte et celui de l'enquête, se cherche d'un bout à l'autre sans pleinement se trouver. — François Ekchajzer

Réalisateur :

Marc Dozier, Luc Marescot,

Auteur(s) :

Jean-Marie Barrère, Marc Dozier,

Acteurs :