Red Sparrow sur Canal +

Pinterest Google+ LinkedIn Tumblr +

Rappel concernant le film Red Sparrow : « Interdit au moins de 12 ans avec avertissement »

Tout d’abord, amis des licornes et des bisounours passez votre chemin ! Optimistes forcenés qui croyez en la bonté de l’âme humaine, détournez le regard. Vous qui pensez que le ciel est toujours bleu derrière les nuages… Autrement dit, ne regardez pas « Red Sparrow » vendredi soir sur Canal + !

Sorti « interdit au moins de 12 ans avec avertissement » on se demande toujours pourquoi il n’est pas prohibé au moins de 16 ans. Bien plus qu’un film d’action ou d’espionnage « Red Sparrow » est âpre, violent, forcené, désespéré. Ici les oncles trahissent leur nièce, tout le monde manipule tout le monde, chacun veut tirer quelque chose de l’autre. Une sombre descente dans le pire de l’humain, c’est l’expérience proposée par « Red Sparrow ».

L’histoire de Red Sparrow …

Alors qu’elle est une jeune ballerine du Bolchoï à l’avenir prometteur, Dominika est blessée par son partenaire. Sa carrière est rompue brutalement et elle n’est plus en mesure d’aider sa mère malade à se soigner. Elle demande alors de l’aide à son oncle Ivan, qui lui propose une mission secrète pour le gouvernement. Manipulée par son oncle, Dominika se voit enrôlée de force par les services secrets qui l’oblige à devenir un « moineau », elle est alors formée à utiliser son corps comme une arme. Sa première mission consiste à se rapprocher d’un agent de la CIA infiltré en Russie.

RÉEL OU NON RÉEL ?

Manipulation ou séduction ? Mensonges ou vérité ? C’est à dire que tout le monde ment ici et accessoirement se torture et s’assassine. Les scènes de sexe sont crues comme l’absence de sentiments, certaines scènes de torture insoutenables. La trame d’espionnage est plus vicieuse que subtile, le sexe y est un outil comme un autre, la violence aussi. L’émotion semble absente.

Et pourtant « Red Sparrow » apparaît comme un film qu’il faut absolument avoir vu. Finalement, il ne ressemble à aucun autre et apparaîtra un jour ou l’autre comme une référence à un nouveau style. Sans concessions pour ses acteurs à la présence physique incontestable, sans aucune envie de ménager ses spectateurs. C’est le contraire d’un film commercial et ça fait du bien d’être traité parfois, comme autre chose qu’un client.

Un film de Francis Lawrence (2018)
Avec Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts, Charlotte Rampling, Mary-Louise Parker, Jeremy Irons, Ciarán Hinds, Joely Richardson,

Partager.

Rédiger une réponse