Un barrage contre le Pacifique

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Sorti il y a tout juste 10 ans « Un barrage contre le Pacifique » est proposé par France Ô mardi 15 janvier.

Tout d’abord tiré du roman éponyme de Marguerite Duras puis filmé par un réalisateur franco-cambodgien spécialiste du documentaire « Un barrage contre le Pacifique » a le goût des œuvres où rien ne semble devoir se passer et où tout se joue de fondamental.

L’histoire, largement autobiographique, semble parallèle à celle de « L’Amant ». Mêmes personnages, même fascination. Le riche chinois fasciné par la beauté de la jeune héroïne, la famille française pauvre fascinée par l’argent…

Un barrage contre le Pacifique, le synopsis du film

En Indochine française en 1931, une femme survit tant bien que mal avec ses deux enfants. Elle a été abusée par l’administration coloniale qui lui a vendu des terres régulièrement inondée. Sur laquelle rien ne peut pousser bien entendu. Elle se bat contre les bureaucrates qui l’ont escroquée et voudraient maintenant lui reprendre ses terres. Elle décide alors de construire un barrage contre le « Pacifique » (en réalité la mer de Chine) pour sauver ses plantations. Ses deux enfants de 19 ans et 16 ans, Joseph et Suzanne, sont livrés à eux-mêmes tant la mère ne se préoccupe que de son affaire. Un riche chinois tombe sous le charme de Suzanne. La mère et le frère de cette dernière vont alors essayer de sauver leur famille et leur entreprise en tirant profit de cette relation.

Rithy Panh, le réalisateur, filme magnifiquement son pays natal et les errances des âmes. La mère, jouée par Isabelle Huppert, entretient à ses enfants, notamment sa fille, une relation gênante d’ambivalence. Les « enfants », Gaspard Ulliel et Astrid Bergès-Frisbey, tournent tout autour de cette mère dévorante et ne pourront que lui arracher leur vie et leur indépendance.

Pour conclure en quelques mots, un film magnifique, dérangeant, amoral, tragique.

Distribution :

Isabelle Huppert, Gaspard Ulliel, Àstrid Bergès-Frisbey, Randal Douc, Stéphane Rideau, Lucy Harrison, Vincent Grass.

Partager.

Rédiger une réponse